• Chapitre un : Start

    Harry James Potter, un génie de la magie qui aurait vaincu lord Voldemort sans l'aide de personne. Un enfant de quelques mois qui aurait survécu à l'attaque d'un des plus puissants sorciers malfaisants de l'histoire. Toute sa famille aurait été décimée dans ce tragique combat mais, pour le monde des sorciers c'était la fin d'une longue bataille avec les forces du mal. Le jeune Harry, malheureusement trop célèbre dans ce monde rempli de magie, le célèbre directeur de l'école de magie l'envoya chez les pires personnes, la pire famille de Moldus de toute la terre. Une famille qui allait permettre au jeune garçon de grandir comme tout petit garçon ignorant. Mais vous n'avez pas besoin de moi pour connaître cette célèbre histoire qu'on a longuement racontée dans nos contrées que ça soit autour d'un verre ou au coin d'un feu en famille. Tout le monde à cette époque la connaissait cette belle légende, surtout les petits curieux, élèves de Poudlard qui arrivaient à soustraire à Hagrid quelques petites informations sur Harry Potter. Mais cette histoire, ne peut pas être collée à la vraie légende car seuls les fantômes en ont été témoins et comme tout le monde, un fantôme ne peut pas garder des preuves sur lui, il traverse tout même le temps, seul leur regard est témoin de ces choses...

    Elle commença bien après que le géant soit allé chercher le jeune Harry, plus précisément ils étaient tous deux à l'entrée de la gare de King's Cross. Marchant d'un pas lourd, le géant suivait son jeune ami qui poussait son chariot, toujours les yeux aussi grands ouverts sur la cargaison qu'il avait dans son chariot, chaudron en étain, baguette magique et autre panoplie. Rien qu'en le regardant, il pouvait passer pour le parfait apprenti sorcier. La gare était comme à son habitude, bondée de personnes qui se pressaient pour être au bon endroit. Bousculant un peu tout ce qui les gênait sur leur passage avant de pouvoir s’asseoir confortablement sur leurs sièges usés. Le voyageur écolier admirait tout ce beau monde ignorant du fait que son gardien allait bientôt devoir s’évanouir dans la nature et le laisser seul jusqu'à son train, un billet lui fut donné sous le hou-hou régulier de sa chouette. Admirant cet objet qui signait une année de liberté loin des Dursley. Le jeune Potter, laissé à lui-même, chercha une voix inimaginable, la voie 9 ¾ qui était située normalement entre la voie 9 et la 10 or, comme il le pensait, ça n'était pas possible qu'une telle voie puisse exciter. Pourtant il n'était pas aussi probable que les trains puissent mener au monde des sortilèges aussi facilement. Il demanda conseil au responsable qui n’eut que faire des délires d'un enfant de 10 ans, le laissa sur place en s'éloignant, murmurant sans cesse que c'était n'importe quoi. L'enfant déambula tel une âme en peine à travers les voies et entendit soudainement le gong d'une bonne fée :

    - C'est tous les ans la même chose, la gare est pleine de Moldus ! déclara fortement une dame qui passait à pas pressés vers un endroit défini traînant avec elle une petite fille aux cheveux roux coupés de manière à lui tomber délicatement sur les épaules. Venez la voie 9 ¾ est par là !

    Harry étonné d’entendre de telles paroles suivit les personnes, curieux de savoir s'ils pouvaient bien parler de la même voie de train. Caché derrière un des murets, il voyait cette grande famille composée de jeunes garçons aux cheveux roux. Un semblait bien plus mûr que les deux autres qui se ressemblaient à s’y méprendre au reflet d'un miroir. Un plus jeune restait près de la mère, celui-là devait être aussi vieux que lui. Entendant leur mère gérer ses enfants d'une main de maître en faisant signe de commencer à son premier fils d'un rapide geste de la main et en prononçant fortement son nom. Après s’être mis face au muret, bien droit comme s'il n'y avait plus qu'une petite route. Un petit temps de pose avant de se mettre à courir, aussi vite qu'un éclair de flamme allant droit dans le mur, il disparut au moment même où l'impact devait avoir lieu. L'impression valait sa place dans la phrase disant que c'était ''magique''. Se retournant pour voir s'il n'avait pas halluciné comme pour être sûr de ne pas devenir fou, le garçon fut étonné que personne n’ait remarqué cette étrange disparition, mais qui faisait attention à ce genre de petit détail dans une gare remplie de monde qu'on regardait sans les voir. Le visage de la dame se dessinait aux yeux de l'enfant, il put voir sa frange coupée pour laisser ses petits yeux et son visage souriant se dessiner quand elle appelait son second fils. Les deux gouttes d'eau eurent aussi vite fait de la corriger en reprenant ou en inversant leurs identités, il était impossible à l’œil nu de les différencier. Une courte blague étant toujours la meilleure, les jumeaux annoncèrent fièrement leur farce avant de se suivre pour de nouveau s’évanouir dans le muret, ne tenant plus en place Potter s'avança vers la dame :

    - Excusez-moi ! répéta-t-il deux fois pour attirer son attention.

    Il posa maladroitement la question et la jeune dame comprit sans le moindre problème. Souriant comme jamais et prenant Harry dans ses bras, elle avait la tendresse d'une mère qui savait s'occuper d'enfants. Quelque chose de nouveau pour l'enfant qui ne pouvait que sourire bêtement à cette approche un peu brutale mais tellement chaleureuse. Elle eut vite fait de le mettre en confiance en parlant de son plus jeune fils qui était aussi grand que lui en taille, un air un peu idiot dans le regard qui laissait présager que c'était un enfant plein d'attention et qu'il en avait en revendre. Il sourit au jeune étranger qui s’incrustait dans ce départ mouvementé. Il n’eut pour réponse à ce sourire qu'un bref hochement de la tête causé par la gêne, à l'école peu de personnes l'approchaient et ceux qui le faisaient, ne le faisaient pas pour de gentilles choses, souvent pour se moquer de lui, copiant la bande de son horrible cochon de cousin. Il eut une petite pensée pour lui en se demandant si sa queue de cochon avait fini par disparaître. Elle lui donna des explications simples en regardant le mur et lui adressa un petit conseil s'il était pris d'angoisse. Hésitant, il fit un signe de compréhension avant de se mettre à la place des jeunes hommes qui l'avaient précédé sous les encouragements de ce qu'il imaginait être la petite sœur de Ron. Il prit une grande inspiration avant de foncer droit devant lui sans réfléchir, se disant que s'il se faisait mal à cause d'une mauvaise blague ça ne serait pas si grave.

    Fermant les yeux comme si c'était la fin, Harry réussit sans grand mal à passer de l'autre côté. Surpris d'être intact, sa respiration était cadencée avant de reprendre son propre contrôle, un bruit de locomotive arrachant ses tympans l’attira en avant timidement. Le jeune sorcier n'en revenait pas, ses yeux devenaient encore plus gros, à croire qu'ils allaient sortir de leur orbite en voyant ce magnifique train. Potter en détailla les moindres détails : la locomotive fumait de manière à laisser croire qu'elle bouillonnait d'impatience, comme le sang du jeune homme imaginant dans quel paysage ce moyen de transport allait s'envoler, avec lui à son bord pour découvrir mille et une facettes du monde. Levant les yeux, intrigué de savoir où ce portail magique l'avait entraîné, il remarqua l'écriteau numérotant les voies de train. Sur celui-ci, il y avait de délicates touches rouges qui fondaient sur le panneau désignant la destination, la couleur or des lettres ressortait d'avantage, ce qui permit à l'enfant aux lunettes cassées de voir parfaitement les voies, on pouvait lire « Voie 9 ¾ Poudlard Express ». Un grand sourire se dessina sur ses lèvres, il était impatient de découvrir un monde où il aurait sa place parmi les autres enfants. Avançant prudemment, le quai était pratiquement vide à l'exception d'un enfant de son âge qui donnait des consignes sévères au maître chargé d'installer les valises dans les cabines. Son physique était largement au-dessus de la moyenne, de la même taille que lui, il avait des cheveux mi-long, certainement en carré s'il ne les tirait pas en arrière à la façon d’un enfant de la haute société. Un regard plein de détermination qui s'alliait à la voix encore aiguë d'un enfant ordonnant sévèrement et rageant si ce n'était pas bien fait.

    - Abruti !!!

    Harry le regardait avec un léger sourire sur les lèvres, il avait l'air mignon malgré le fait que son comportement envers son aîné était des plus déplacés. Son visage avait les rondeurs d'enfant bien nourri, il avait l'air d'une poupée venant de Versailles où il aurait pu passer pour une jeune fille. Leurs regards se croisèrent par mégarde, ayant essayé d'aider ce pauvre homme malmené par cet enfant capricieux, jamais il ne se serait permis de faire une telle chose, ce n'était ni dans son habitude, ni dans sa nature d'être aussi capricieux. Un bref mouvement de la tête en signe d'un bonjour amical fut lancé au jeune inconnu qui ne le lâchait pas des yeux, partant pour trouver une petite place de manière à ne pas rester débout dans un voyage dont il ignorait la longueur. Il bouscula maladroitement un petit garçon qui allait rejoindre ses amis sans porter plus d'attention que ça à ce qui venait de se produire. Il trouva une place sans personne à côté, idéal, s’installant avec tout le confort qu'il y avait, dos au sens de la route, sa valise bien en face, prêt à se faire transporter. Le jeune blond passa près de sa porte, lui jetant un regard croisé qui fut comme une flèche dans son cœur vu la rapidité du regard. Maintenant tout était vide, Potter était seul dans une grand cabine, bercé par le mouvement régulier des secousses. Souriant faiblement, heureux de savoir que jamais son horrible cousin ne pourrait le rabaisser devant les autres ni même se moquer de lui toute la journée. Le paysage défilait à vive allure si bien qu'on finissait par croire que toute son horrible existence chez ses oncles n'était qu'un horrible cauchemar inventé par un fou.

    Des pattes approchaient et finirent par laisser entendre une voix un peu grave, celle d'un enfant qui respirait la bonne campagne des jeux en plein air, un peu saturé par le fait de crier. Le regard de Potter se posa sur un rouquin à l'air hésitant, un fin sourire sur ses lèvres alors qu'il écoutait sagement la demande au ton un peu pleurnichard d'un enfant qui venait de passer les cinq minutes après le départ à chercher un endroit. Acceptant avec courtoisie de l'avoir près de lui, Harry ne le trouvait pas séduisant, du moins il était loin d'arriver à la cheville du bel inconnu qui occupait ses pensés. Ils eurent aussi vite fait de se reconnaître et de faire les présentations qui s'imposaient, Ron Weasley avait un visage couvert de taches de rousseur, plutôt rond avec ses cheveux coupés un peu à la diable mais, pourtant bien rangés. La conversation venait et allait, parlant de tout et de rien, que ça soit de sa cicatrice ou du fait que le jeune homme au teint de carotte était mal à l'aise. Sa phrase se finit par un lourd silence qui allait tomber, mais par le plus grand des hasards une merveilleuse femme arriva. Cette dame poussait son petit chariot de bonbons, farces, sucreries et autre petites gourmandises dont raffolaient les enfants, demandant aux jeunes garçons s'ils voulaient quelque chose ; Ron la remercia en disant non. Montrant un paquet de caramels mous peu appétissants, il regardait le garçon assis en face de lui, les yeux envieux de toutes ses merveilles qui allaient lui passer sous le nez. Souriant et confiant, le jeune Potter sortit de sa poche assez d'argent pour prendre tout le chariot de la Dame qui, étonnée de voir un enfant avec autant de sous, leur laissa le chariot en échange des gallions pour le payement

    - Wouah ! laissa échapper Ronald en commençant à prendre les sucreries.

    Leur voyage continuait sous les rires et la bonne humeur de deux enfants qui devenaient amis sous le signe de la sorcellerie. Questionnant son nouveau camarade pour savoir l’origine de certains bonbons qu'il se surprenait à ne pas connaître. Ron sut fort bien répondre à ses questions, Harry enrichit sa connaissance sur les dragées surprises ou sur les caramels de sentiment, changeant de couleur et de goût en fonction des sentiments qu'on portait à la personne qu'on avait touchée en dernier. Il en mit deux dans sa poche sans y prêter grande attention. Une jeune fille à la chevelure longue et soyeuse fit irruption dans la cabine pour demander s’ils avaient vu une grenouille plutôt que pour admirer un essai de sortilège pour transformer un rat en rat jaune. Elle regardait cet essai peu concluant qui ne faisait que sourire les deux garçons qui n'étaient pas déçus. La fille prit place d'un air supérieur en affirmant haut et fort ses exploits. Sortant sa baguette fièrement en s’asseyant en face de Potter à qui elle jeta un sort, un sort pour remettre ce qui était cassé, très sollicitée par ses lunettes qui furent immédiatement réparées. Il regarda cet exploit avec un grand sourire avant de remercier la jeune demoiselle alors que Ron semblait bouder dans son coin. Elle repartit aussi vite qu'elle était venue en faisant remarquer à son cher camarade de promo assis à côté de lui qu'il avait une tache sur le nez, avant de leur signaler qu'il fallait s'habiller avec leur robe de sorcier. Chose qu'ils firent aussitôt que la jeune fille, ou Hermione comme elle s'était présentée, fut partie.

    Le train s’arrêta progressivement jusqu'à ne plus bouger du tout, au dehors on pouvait entendre la voix rugueuse mais néanmoins chaleureuse du gardien des clés qui appelait les première année. Laissant leurs valises aux soins des personnes responsables, les enfants s'approchèrent de Hagrid que salua immédiatement Harry. Il leur indiqua le chemin à prendre, suivant la lumière que le géant éclairait devant lui. Ses yeux balayaient l'environnement nouveau et qui allait devenir pour une année entière ''la maison'' de Potter. En embarquant au côté de Ron, le sorcier remarqua son serpent froid et fier de tout à l'heure qui montait dans celle d’à côté. Il regarda fixement son dos comme pour espérer le voir se retourner en lui adressant un sourire froid, mais rien, malheureusement il n'eut pas le temps de savoir car la barque commençait son chemin flottant tranquillement sur son long fleuve pour arriver de l'autre côté sans encombre. Sur le chemin, tous les élèves, nouveaux ou anciens admiraient la silhouette du château : grand, majestueusement imposant face à eux qui étaient si petits dans leurs embarcations, entassés par six. Sur le quai, les plus à l’aise aidaient ceux qui n'y arrivaient pas ou d'autres encore forcés de le faire tout seul alors qu'ils avaient besoin d'aide. Silencieusement observé par des yeux bleus comme la mer circassienne qui s’illuminait de passion envers tous ceux qu'il ne connaissait pas. Hagrid montra l'entrée du château aux enfants, désignant les plus sages pour conduire les autres dans l'allée principale qui menait à la grande salle de banquet, tous s'y pressèrent sauf le protégé qui attendit sagement que la plus grand partie de la foule partît vers le lieu tant attendu pour dire au revoir à son ami le géant. Leur courant après dans le couloir avec Ronald pour être en tête de file.

    Montant les longs escaliers tordus et sinueux, aussi impatients qu'angoissés, les enfants s'arrêtèrent devant le professeur McGonagall. Une femme au visage marqué par le passage du temps, habillée d'un long chapeau de sorcière, son corps était drapé dans une longue robe vert et noir, lui donnant des allures de diva sobre ou d'une grand-mère aux cheveux rendus gris par l’âge. Attendant tout le monde avant de faire les salutations, présentations et autre rituel de bienvenue à ses nouveaux étudiants. Beaucoup de personnes parlaient en fonction des maisons prononcées qui attiraient la curiosité, l'envie ou le dégoût en fonction de celle qu'ils aimeraient avoir, donnant l'impression à Harry d'avoir une place dans cette école où les points étaient aussi importants que les élèves eux-mêmes. Un enfant finit par couper la dame pour se ruer sur un crapaud qu'il prit grand soin d'enrober délicatement dans ses mains sous le rire moqueur des autres, ses yeux suppliaient la clémence alors que ses lèvres tremblantes bafouillaient des mots d'excuse pour éviter un châtiment trop cruel. L'échange fit qu'à la fin du discours presque politique du professeur, un silence allait tomber comme une pluie d'étoiles sur un champs vide où seuls deux amoureux restaient immobiles, si une voix sifflante provenant d'un enfant venimeux comme le serpent n'avait pas pris la parole avec des grands airs de manière à attirer l'attention de tous, les plus maladroits comme les plus fiers, même celle de Harry Potter :

    - C'est donc vrai ce que j'ai entendu dans le train, il posa un temps comme pour laisser planer un suspense insoutenable, Harry Potter est élève à Poudlard !

    Immédiatement après qu'il ait fermé ses lèvres, tout le monde se mit à chuchoter sur la venue du jeune sorcier. Tout le monde connaissait l'histoire et personne ne croyait vraiment rencontrer un jour ce fameux garçon. Il passa devant les autres pour se mettre face à Harry, laissant voir toute sa majesté à l'enfant qui, loin de se démonter, le regardait fasciné. À l'inverse de Ron qui semblait pâlir à vu d’œil. Il présenta ses amis ou ses souffre-douleur vu le léger mouvement de recul qu'ils firent à l’appel de leur nom. Il finit par se présenter lui-même :

    - Je m'appelle Malefoy, Drago Malefoy ! sourit-il de toute ses belles dents bien blanches sous un timide rire de Ron, qui fit sortir l'horrible langue de serpent de son trou de souris. Mon nom te fait rire, inutile de te demander le tien, un rouquin et une robe de seconde main, tu es forcément un Weasley !

    Harry perdit son sourire à l'égard de cet ange noir qui lançait des sorts aussi rapidement que le faisait le venin d'un serpent pour atteindre le cœur. Ronald perdit lui aussi son sourire et son air amusé pour laisser une mine triste se graver, n’écoutant qu'à demi-mots les dernières paroles de Malefoy. Sa main tendue devant lui pour serrer celle d'un nouveau partisan, secouant machinalement la tête en refusant la proposition en parlant sur le même ton, ce qui obligatoirement brusqua le jeune homme peu habitué sans doute à ce qu'on lui dise ''non''. Une étrange sensation prit Potter en voyant se visage si haut tomber dans ce qu'on pourrait appeler un léger étonnement. Malheureusement le temps lui manquait pour mieux parler avec lui afin qu'il ne prenne pas sa phrase comme un refus absolu, le professeur revint près d'eux, faisant signe à Drago de se remettre à son rang parmi les enfants. Elle les emmena dans une grande salle de banquet, aux couleurs d'or et de plaisir, marchant entre deux rangées de tables. Ils arrivèrent devant une estrade où seul un tabouret, sur lequel était dressé un chapeau usé, régnait en maître devant l'équipe enseignante. Un vieil homme présidait la place, un homme vieux mais, au visage plutôt chaleureux. Sa longue barbe blanche donnait l'impression que ça aurait pu être le Père Noël. Il reposa son attention sur McGonagall qui lisait un grand parchemin, appelant les élèves un par un qui allait se poser sur le tabouret. Hermione Granger fut la première qui partit à Gryffondor puis Malefoy, montant les marches comme un empereur alla rejoindre son trône minutieusement observé par l'enfant :

    - Serpentard !

    Un tonnerre d’applaudissement suivit le choix du Choixpeau, sauf Ron qui soufflait à l'oreille de son ami les informations sur les mauvais sorciers qui allaient dans cette maison. Il observait le jeune apprenti de dos, saluant ses aînés alors que deux élèves passaient au choix. La cérémonie reprenait son cours quand son nom fut prononcé apportant un grand silence à la salle alors qu'il grimpait les marches. De là-haut, il pouvait voir tout le monde l'observer curieux, surtout deux yeux gris-bleu assis complètement à droite de la salle. Un regard qui n'avait plus rien à voir avec celui de quelqu'un de triste, une lueur d’espoir brillait dans ses yeux. Souhaitant désespérément ne pas aller à Serpentard pour retrouver Ronald, Harry eut un déchirement au cœur quand se fut prononcé, laissant cette marque cacher par un sourire radieux, il courut s’asseoir près de ses nouveaux camarades. De là où il était la table de Drago ne lui n'était facilement visible, de dos à celle-ci, il semblait être la victime d'un profond malaise. Celui de sentir un fossé le séparer d'un objet précieux. La présentation des professeurs par Percy, le frère de Ron fut très enrichissant pour Harry comme de voir que le fantôme de sa maison Sr Nicolas n'avait aucune gêne à montrer sa blessure au cou. Une démonstration peu agréable en plein banquet. Le repas se termina vite, au grand bonheur des préfets qui récupéraient leurs première année pour leur montrer leur dortoir, chaque classe partit en même temps, d’abord par quatre, puis deux part deux puis plus que la maison de Potter. Il s’arrêta en chemin :

    - Harry qu'est-ce que tu fais ?
    - Je vais aller aux toilettes ! Monte je vous rejoindrai !
    - T'es malade, on n'a pas le droit de sortir du rang...
    - Je ne mettrai pas longtemps ! conclut le jeune sorcier en partant dans la direction opposée.

    Les couloirs de l'école étaient longs à traverser, les lieux se ressemblaient affreusement à quelques détails près. Le sens de l'orientation de Potter n'était pas si calamiteux, ce qui permit au jeune sorcier de pouvoir retrouver le chemin des petits coins. Sa main se posa sur la poignée, la pressant de manière à pouvoir entrer à l’intérieur. Le mouvement de descente était enclenché quand un étranger poussa la porte de l’intérieur, entraînant le garçon dans la pièce brutalement. Sa chute fut stoppée par le corps d’une personne. Un parfum de lys blanc vint chatouiller les narines du garçon qui en relevant la tête fut frappé comme par la foudre. Harry se remit sur ses jambes alors que Drago, le bousculant un peu, essaya de passer en force pour sortir. Le retenant sans avoir une raison précise par le bras, il l'envoya un peu plus loin dans les toilettes mixtes. Habituellement leurs yeux se croisaient dans un défi sans but, mais cette fois-ci le jeune Malefoy avait le visage qui balayait le sol. Il le releva magistralement quand il fut sûr que rien ne pouvait lui servir d’échappatoire. Il essayait de se montrer fort envers ce qu'il devait voir comme un ennemi potentiel ou une belle erreur de parcours. Potter ne put se retenir de faire un léger sourire à la vue de ce visage plus impérial, un doux silence s’installa entre eux :

    - Tu préfères les Weasley ! Tu ne vaux pas mieux qu'eux Potter ! Laisse-moi partir !
    - Je ne te tiens plus.

    La voix de Drago se tordit en essayant de répondre à cette attaque, la chaleur de son corps se lisait sur son visage, Harry avait retiré son emprise sur son camarade quand celui-ci avait pris la parole. Les élèves se retrouvaient dos au mur les yeux dans les yeux. Un soupir se fit entendre de la part d'un sorcier pris au piège part un être plus malin que lui. Finissant par se mordre la lèvre inférieure, son visage plein d'hésitations était à croquer, Potter sentait bien au fond de lui une sensation d’apaisement, une chaleur sucrée comme d'une pomme d'amour qu'on viendrait à croquer en la sortant du four chaud. Leur cœur battait la chamade, que ça soit chez le jeune sorcier de Gryffondor ou de Serpentard, l’atmosphère devenait intime si bien qu'on aurait pu entendre les anges chanter des ballades. Un fin sourire permit au garçon de détendre cette ambiance si écrasante, il prit pour cela une voix qui se voulait un peu froide comme s'il voulait lui reprocher quelque chose. Pourtant c'était une manière un peu moqueuse de vouloir apprivoiser la flamme de la colère, mais c'était peut-être le pire moyen pour la raviver :

    - Il est plus que temps que nous regagnions nos dortoirs ! blêmit-il. Pousse-toi Potter !
    Sa main repoussa le corps de Harry enfin de pouvoir aller devant la porte pour s’enfuir dans les couloirs

    - Attends Drago : tiens !
    En prenant sa main, il y déposa un caramel qu'il avait gardé dans ses poches, ne sachant pas quoi en faire, en guise de…
    - Je ne suis pas contre toi Drago mais… en guise de ma bonne foi !

    - Qu'est-ce que tu veux qu'un caramel me fasse ! grogna-t-il furieux ouvrant la porte avec fracas serrant sa main sur le caramel sans le jeter, il partit pour la maison de Serpentard.

    Harry fit vite, se pressant comme un lapin pour retourner à son dortoir, revenant sur ses pas, en cours de chemin épuisé par cette course sans fin à travers les escaliers. Quand il arriva, sa maison n'était pas encore partie, Ron l'accueillit à bras ouverts, souriant. Un bonheur que l'enfant prit grand soin de ne pas toucher, serrant le deuxième caramel dans sa main avant de jouer avec entre ses doigts. Cherchant machinalement son lit, celui à côté de Ron fut parfait avec ses valises en dessous. Il demanda d'échanger avec son voisin pour rester près de son ami, ce qui bien sûr ne dérangea personne. Il s’assit à la fenêtre pour contempler l’horizon, caressant doucement sa chouette encore enfermée dans sa cage. Ronald sympathisait avec les autres tandis que Potter effleurait du bout de ses doigts la paume de sa main qui contenait l'emballage du caramel défait d'une couleur rouge/rose tendre. Il le porta à ses lèvres comme un précieux trésor qu'il ne voulait pas salir. Il croqua dedans en se demander s'il était dur comme de la pierre ou alors mou comme la guimauve, pourtant ce fut craquant sur le dessus pour ensuite se rependre dans un fondant brûlant qui caressa sa langue comme un chocolat fondu. Son goût était à peu près similaire avec un léger goût d'agrume qui disparaissait une fois en bouche. Ce n'était pas désagréable, bien au contraire, c'était une des nouvelles sensations qu'il éprouvait avec autant de facilité dans ce lieu si ''Magique''.

    Pendant ce temps, Drago, encore caché derrière le mur qui le séparait des toilettes pour hommes, recroquevillé sur lui-même regardait timidement la fenêtre qui se trouvait bien plus haut. Une silhouette se dessinait à travers les carreaux. Le sachet en plastique était sur le sol à ses côtés, défait et abîmé, il s'envola à la première brise venue...

    La chasse aux sentiments devrait commencer...


  • Commentaires

    1
    Black and Red Profil de Black and Red
    Lundi 20 Mai 2013 à 15:00

    C'est magnifiiiiique *w*

    2
    Misu Moon Profil de Misu Moon
    Lundi 20 Mai 2013 à 15:13

    Heureux que ça te plaise x)

    3
    Mad hatter Profil de Mad hatter
    Lundi 20 Mai 2013 à 20:51

    Je n'accroche pas trop, mais j'avoue que c'est bien écris. :]

    4
    Misu Moon Profil de Misu Moon
    Lundi 20 Mai 2013 à 20:53

    Quelques chose te dérange Mad-chan ? x)

    5
    Mad hatter Profil de Mad hatter
    Lundi 20 Mai 2013 à 21:01

    Ce genre d'histoire m'ennuie un peu. Et je ne suis pas fan d'harry pot de fleur. :] J'aime bien, mais sans plus. ^^'

    ("mad-chan"..? o_O)

    6
    Misu Moon Profil de Misu Moon
    Lundi 20 Mai 2013 à 21:03

    XDDD d'accord

    ( c'est mignon Mad-chan )

    7
    Mad hatter Profil de Mad hatter
    Lundi 20 Mai 2013 à 21:08

    (ce n'est pas mignon. v_v)

    8
    Misu Moon Profil de Misu Moon
    Lundi 20 Mai 2013 à 21:09

    ( *soupir* x) )

    9
    SoXVen
    Mercredi 22 Mai 2013 à 14:51

    J'aime beaucoup ta façon d'écrire :) Hum....* Toujours aussi nulle pour donner un avis*dépréssion* *

    10
    Misu Moon Profil de Misu Moon
    Mercredi 22 Mai 2013 à 14:52

    Merci SoxXVen ^^

    *poursuit avec un cookie pour consoler* déprime pas !

    11
    Vendredi 24 Mai 2013 à 19:06

    Etant donné que j'adore littéralement Harry Potter, et que le texte est bien écrit, j'ai bien aimé lire ton histoire :) L'univers de la magie est bien respecté, et on sent à la fin que les choses vont être différentes... C'est bien intéressant ^^

    12
    Misu Moon Profil de Misu Moon
    Vendredi 24 Mai 2013 à 19:21

    Merci Toshigome x)

    J'espère que tu prendra autant de plaisir pour lire la suite !

    13
    Vendredi 24 Mai 2013 à 19:27

    Il n'y a pas de quoi, merci à toi d'avoir écrit le texte :)

    Moi de même, mais je n'en doute pas ;)

    14
    Samedi 11 Avril 2015 à 11:32

    Je ne suis pas trop fan du style d'écriture, mais bon, c'est un Drarry, et je ferme toujours les yeux pour les Drarry ^^

    Si tu me permets une petite remarque, dans le deuxième paragraphe (celui après l'introduction en gras), je cite "ça n'était pas possible qu'une telle voie puisse exciter", je pense que tu as voulu écrire "exister". Sauf si Harry, à onze ans, a son pantalon on fire et est excité par la simple vue d'une voie de chemin de fer. Parce qu'on sait tous que les trains sont extrêmement sensuels u_u Enfin, ça m'a bien fait rire sur le coup ^^

    J'aime la personnalité que tu as donné à Harry, je m'empresse de lire la suite.

    15
    Samedi 11 Avril 2015 à 11:37

    On ne peux pas plaire à tout le monde malheureusement x) 

    Je connais des enfants qui sont enjouer dans le sens excité dans un joie folle de voir un train et non pas sexuelle comme tu le décris ^^" Mais il est vrai que la faute d'orthographe fait bizarre XD 

    XD bonne lecture

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :