• Chapitre trois : Lost

    Il ne devait pas être bien tard, certainement vers les trois heures du matin. Harry venait de se réveiller à cause de la froideur de la pièce. Les vielles pierres gardaient l’humidité des mauvaises canalisations de l'école. Il n'avait pris qu'une toute petite couverture pour dormir là toute la nuit. Et malheureusement la nuit fut courte pour le jeune Potter malgré son oreiller chauffant. Drago se réveilla peu de temps après lui, aussi froid qu'un glaçon. Il dévisagea rapidement l'autre enfant. C'était une erreur d'essayer de prouver quelque chose, aucun des deux ne semblait très ravi de leur moment passée dans le couloir interdit. Ils se souvenaient à peine pourquoi ils s'étaient accordés à faire cette étrange sortie. Se relevant, Harry plia sa couette et tendit la main pour aider son partenaire. Le jeune blond le regarda avec dédain tout en se levant avec une superbe facilité. À son tour, il plia sa couette et jeta un dernier regard à Harry. Tous deux baissèrent les yeux et sortirent de ce maudit couloir. C'était stupide de vouloir rester ici, d'ailleurs personne ne savait réellement pourquoi ils en étaient venus à faire ça. Leurs chemins se séparèrent pour que chacun puisse retourner dans son dortoir respectif. Ils partirent sans même se retourner ou s'adresser un seul regard. Harry remonta dans sa chambre, se pressa dans son lit et ferma les yeux une fois que sa tête toucha son oreiller. Respirant calmement, il espérait trouver le moyen de s'endormir rapidement. Pourtant, il avait beau se retourner dans son lit encore et encore, le sommeil le fuyait. Il se mit sur le dos, ses yeux fixant le plafond. Prenant une grande bouffée d'air, il gonfla ses poumons au maximum avant de tout expulser. En même temps, ses mains vinrent se cacher entre ses mèches souples. Il serra ses ongles sur son crâne pour se gratter, pensif comme une vieille statue de marbre. Dans sa tête le chaos régnait en maître. Tout allait trop vite entre leurs paroles et leurs actions. Et maintenant il se retrouvait perdu dans cette flopée de sentiments. Un flot tellement important qu'il en devenait étouffant. Dans son lit ses draps l'angoissaient et l'oppressaient. Lui donnant l'impression de noyer dans un torrant. 

    À son réveil, Harry était pire qu'un vieux troll des cavernes. Il n'avait pas osé dire à Ron ce qu'il s'était passé la veille de peur de sa réaction. Son ami s'en douta, d'ailleurs, fort peu. Pour lui Potter avait dormi toute la nuit dans son lit. Mettant ses chaussons, le rouquin regardait le garçon avec une certaine distance. Il fallait avouer qu'une étrange aura l'enveloppait, un aura noir et inquiétante. Ronald descendit dans la salle commune, laissant son nouveau meilleur ami en train de rêver tout éveillé. À chaque fois qu'il regardait dans le vague, tout ce qu'il voyait c'étaient les échanges de regards ou de signes discrets qu'il se faisait avec l'élève de Serpentard. Celui qu'il préférait, c'était le regard de supériorité suprême que Malfoy lui avait lancé en cours de potions. Souriant bêtement, il finit par s'habiller d'un mouvement lasse. Un peu ralentis par les souvenirs et par la nuit trop court qu'il venait de passer. Mais le temps continuait de coulée sans attendre Mr Potter qui se retrouvait bientôt en cour. Poudlard était un endroit agréable et chaleureux, la maison Gryffondor était comme une grande famille soudée. Tout ce dont le jeune homme avait toujours rêvé. Quant à Drago, il considérait leur relation comme une recherche d'amitié. Ils étaient diamétralement opposés sur tous les plans, pourtant il ne pouvait pas admettre qu'il le détestait. Harry ne voulait certainement pas avoir d'ennemi dans ce nouvel univers. Hochant négativement la tête, il écrivit sur un parchemin les hypothèses possibles. Reposant sa plume dans son encrier, il regarda méthodiquement son travail avec une mine satisfaite pour avoir parfois trouvé de bonnes pistes de réponse. Il en eu même une qui fut tout à fait satisfaisante. Seulement le bruit d'une explosion venant de son voisin de classe le sortie de ses pensés. Flanagan venait juste de faire exploser sa plume en essayant de jeter le soir de la lévitation. En sortant de classe, Ron se montra particulièrement bruyant, à tel point que c'en était légèrement agaçant. Se plaignant de la correction qu'il avait eu de la part d'une fille. Harry entre les rires et les fou rires vécut pendant un moment une vie comme la plupart des enfants de son âge. Une vie facile dans un endroit où la normalité semblait être liée avec la magie. Le jeune garçon sentit le bonheur percer son cœur pour la deuxième fois de son existence. Poudlard était un endroit attirant, plus encore que les beaux yeux bleus de Drago Malfoy. 

    La journée n'eut rien de très palpitant par la suite. Quelques court de potion, de métamorphose ou même de défense contre les forces du mal. Tout un temps où Harry évita soigneusement de croiser le blondinet. Il ne savait pas réellement pourquoi, mais il n'avait aucune envie de le croiser. Cela venait de son ventre, de la boule d'angoisse qu'il se serrer dans sa gorge rien quand y pensant. Les cours s'enchaînaient à vive allure, le temps fuyait comme une jouvencelle vers le crépuscule. En silence, ce fut bientôt le dernier cours de la journée et l'on put enfin souffler. Il partit vers la salle commune dont l'ambiance rayonnante de l'après-midi restait immortellement inchangé. Une fois éloigné de Malfoy, tout semblait différent, un peu comme quand on le séparait des Dursley. C'était une nouvelle manière de respirer et tout ceci était très agréable. Comme si les choses se rangeaient elles mêmes à leurs places respectives. Quand les cloches sonnèrent l’heure du dîner, les portes de la Grande Salle s'ouvrirent dans un grand fracas. Comme d'habitude, chaque élève arrivait pour le repas après être passé dans sa chambres ranger soigneusement ses affaires dans sa malle. Certains finissaient encore leurs devoirs, d'autre, comme Ron, dévoraient le festin sans se soucier du reste du monde. Si vous aviez vu, ses lèvres et la moitié de ses joues luisaient d'une couche de gras. Il dévorait la nourriture des yeux et l'avalait sans mâcher. Harry lui tendit plusieurs fois une serviette propre pour qu'il lui enlève cette vision d'horreur. Ron le remerciait souvent la bouche pleine de poulet et se resservait une autre part encore plus importante de poulet ou autre. Ce fut au milieu du repas que le jeune garçon remarqua qu'il manquait quelque chose, ou plutôt quelqu'un. Hermione n'était pas aux côtés du jeune rouquin. Une jeune fille au cheveux assez long qui tombait en d'une manière souple sur ses épaules. De couleurs marrons claires, il semblait flotté sur ça robe de sorcières. Ils se connaissaient peu, mais elle prenait toujours place à côté de l'un des deux garçons. C'était devenu un peu comme un pilier de bar, la présence rassurante qu'on s'attendait à trouver là par qu'elle le devait. Par excès de curiosité, il finit par poser la question à mi-voix à son ami. Celui-ci lui répondit vaguement ne s’y intéressant pas plus que ça, préfèrent reprendre une assiette du meilleur met. Au loin, Harry avait senti un regard luisant le pourfendre. Venant dans son dos comme une flèche qu'on aurait tiré à partir d'un arc de la jalousie. Ce ne fut qu'une fraction de seconde pendant laquelle le regard de cette vipère lui glaça le sang. Un regard qui lui coupa non seulement l’appétit mais l'envie de dire un mot de plus. Il n'eut d'ailleurs pas le temps de se retournait qu'un cri déchirant retentit dans la salle. Le cris d'un professeur ayant croiser un troll dans les cachot. Arrivant essoufflé pour raconté sa mésaventure. Une voix si troublante qu'elle fit taire tout les chuchotements et les petits murmures du repas.

    Ce passage de l'histoire n'apporte pas grand chose à la nôtre sauf peut-être un fait : Le jeune Potter se fit une nouvelle amie qui le captiva par sa perspicacité et par son ignorance sur ce monde. Elle le comblait du mieux qu'elle pouvait en étudiant et il devait admettre que c'était très impressionnant de sa part. Cette ressemblance lui fit sentir que cette demoiselle serait à coup sûr une grande amie. C'était des liens qu'il tissait tout naturellement avec tout le monde. Tout en souriant, le jeune Potter avait complètement chassé de son esprit le regard assassin qu'un jeune garçon avait osé porter sur lui. Ils remontèrent en salle commune, où Ron et lui discutèrent toute la soirée. Loin était cette affreuse attirance et cette relation qui ne tournait pas rond. Plus tard, Harry fini par coucher son meilleur ami dans son lit. Il bavait déjà comme un nouveau né, la bouche grande ouverte sur son oreiller. On l'entendait même marmonner dans sa barbe. C'était étrange de se dire qu'il était tombé comme une masse dans un sommeil bien lourd en pleine discutions. Harry se coucha à sa suite, son visage tourné vers la fenêtre. Il ne voyait au loin que des formes vagues et floues déformées par le verre. Remontant le drap sur ses épaules, il afficha un sourire heureux et reposé avant de s'endormir. La soirée avait été forte en émotions, à tel point qu'il ne lui fallut pas longtemps avant d'aller au pays des merveilles. Sur le chemin des rêves guidé par Morphée, Harry s'imaginait mille et une foutaises aussi légères qu'un vol d'hirondelles. Il ne sentait pas encore le stress et son lot de problèmes qui allaient émerveiller l'apprenti sorcier dans la prochaine journée dans ce lieu enchanté. Mais pour l'instant, il était dans un monde qui n'appartenait qu'à lui. Un monde où les problèmes étaient inexistants et les morts aussi. Il chevauchait le monde étoilé, surplombant des vallées ensommeillées dans le crépuscule d'un soleil orangé. Tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté dans l'esprit d'un enfant. À onze ans, on ne se soucie guère des histoires d'amour ou même de ce que ça peut représenter. De toute manière, tout viendrait bien assez tôt...

    « ry.… Harry ! grinça une voix à ses côtés.

    Ce matin-là, Ronald réveilla son amis de sa voix claire de jeune paysan. Il le tira hors du lit avec de grands gestes pouvant donner mal au cœur à n'importe qui de normalement constituer. Son visage rayonnait d'un air plus que ravi avec ses quelques taches de rousseurs. Tirée de son sommeil de plomb, Harry chercha ses lunettes sur sa table de chevet. Tâtonnant sur le bois de sapin de sa table de chevet avant d'attraper la paire qu'il porta à sa tête. Il mit ses lunettes en ne cachant pas une légère fatigue et un semblant de reproche à Ron. Il aurait volontiers dormi un moment de plus, mais c'était impossible à cause de l’insistance du rouquin.

    - Dépêche-toi, Harry ! Il faut descendre manger et se préparer ! »

    Habituellement, Ron n'était pas le premier réveillé des deux garçons. Il avait même tendance à traîner comme une larve le plus longtemps possible dans son lit. Pourtant, ce aujourd'hui, ce fut Weasley qui se réveilla en premier non sans une certaine joie commune à toute la maison de Gryffondor. Tous semblait être gonflée d'une existation communiquative. Tout en se préparant un peu à la va vite Harry voyait les garçons lui souhaiter bonne chance et admirer sa panoplie de joueur de Quidditch. Ce fut le dévoué ami de Harry qui lui sortit toutes ses affaires, aussi pour s'admirer dans la glace en s'imaginant porter une tenue similaire. La matinée fut pleine de rebondissements, tout Gryffondor était en émoi. Harry ne put savourer un instant de paix qu'une fois dans les vestiaires avec le reste de son équipe. Un moment où il pouvait enfin entendre son cœur battre à un rythme affolant. Au loin, on entendait encore le ronronnement de la foule acclamant son équipe préférée. Le public tremblait d'excitation et le nouvel attrapeur d'une certaine angoisse. Elle le rongeait de l'intérieur comme un parasite se visualisant par un certain mal à respiré. Son cœur se bloquait à chaque battement pour repartir encore plus fort dans sa poitrine. Son esprit s'embruma d'une terreur inconnue et les mots de Dubois ne réussirent pas à lui remonter le moral. Le premier coup de sifflet résonna dans la tête de Harry alors qu'il enfourchait son balai. Il respira un bon coup. Il avait répété l'entrée avec l'équipe, il n'avait pas à avoir peur, et de toute manière, les portes s'ouvraient sous les applaudissements des fans. Frappant le sol, il s'éleva dans le ciel pour quelques figures acrobatiques élémentaires. Le vent et le sensations lui firent oublié tout ses tracas. Dans le ciel, il n'avait aucun mal à oublier ses supporters. Il entendait clairement malgré tout ses trois amis qui faisaient plus de bruit à eux seuls que tous les élèves de leur maison réunis. Hagrid, Ron et Hermione lui glissaient des regards d'encouragement et des sourires réconfortant tout en brandissant fièrement leurs couleurs. Chassant la peur ainsi, le stress laissa place à un autre sentiment : l'excitation. Ses mains crispées sur le manche, sa respiration se coupa de nouveau. En bas, dans la tribune adverse, un jeune blond ressemblant à une vipère se tenait droit comme un piquet avec son écharpe aux couleurs vert sombre. Il regardait avec mépris tous les joueurs de l'équipe adversaise, allant même jusqu'à s'attarder sur Potter pour ensuite détourner le regard de la manière la plus méprisante qui soit. 


    Le cœur lourd, le coup de sifflet le mit quelque peu en désarroi. Incapable de réagir, tout ce qu'il essayait d'oublier revenait dans son esprit. Attrapée par les ronces du remord et du regret, il se laisser saigné sans ce défendre. Le doute, la peur et le poison de la honte faisaient comme une toile d’araignée dans son esprit. Il tissait de manière si habile ce piège pour qu'il ne puisse plus réagir. Un moment de doute, une peur aiguë et une révolution intérieure. Ce fut la chute de Dubois qui le réveillant. Le voyant chutait comme une enclume sur le sol. Les cris secouèrent le jeune attrapeur, lui ouvrant les yeux. Sa frustration se transforma en désir. Un désir puissant de gagner et de faire mordre la poussière à ses mauvais joueurs. Lancé à la poursuit du Vif d'or, il n'avait plus le temps d'adresser le moindre regard à Malfoy ou à ses amis. Il venait de rentré dans un combat, un combat mener pour gagner contre Serpentard. Pourtant, de la tribune personne ne le quittait des yeux. Encore moins quand le balais de Potter se retrouva à réagir comme un cheval furieux. Faisant jouer son sorcier au rodéo, Harry se retrouva bientôt suspendu dans le vide à cause.  Drago admirait la scène non s'en traduire une effroyable peur. Il serra les poings en s'arrêtant de respirer quelques instants. Lui-même ne s'était pas rendu compte qu'il était devenus encore plus blanc que le linge. Tous les Serpentard rigolaient, heureux de voir un Gryffondor dans une telle situation. Mais pas Malfoy qui avait les yeux remplis d'une lueur d’inquiétude, s'imaginant déjà le corps de Potter étalé sur le sol, sans vie. D'où venait cet horrible sentiment que rien n'allait ? Provenait-il de ce regard glacé qu'il avait lancé peu de temps auparavant ? Drago se mordit les mains en se maudissant. Il ne comprenait pas pourquoi, malgré sa peur, un rire crispé sortait de ses lèvres. Un rire mauvais accompagné d'un terrible pincement au cœur. Ses yeux ne clignèrent pas un seul instant pendant que Harry se battait pour garder ses mains accrochées au manche du balais . Son corps se balançait dans le vide, tout ce qu'il pouvait espérer était de remonter sur son balait avant de tomber de plusieurs mètres. Le spectacle dura quelques minutes, des minutes pendant lesquelles Potter joua avec la mort. Une fois que son balai fut calmé, il réussit sans mal à remonter dessus. Agile comme un chat, on eu l'impression qu'il ne c'était rien passer. Tout le monde semblait avoir repris sa respiration, sauf la maison des verts qui regrettait une scène amusante comme l'humiliation de Potter. Malfoy fit mine de soupirer d'un air déçu mais ce n'était qu'un soulagement. Ses mains se relâchaient pour libérer les pans de sa robe froissés par ses doigts paniquée. 

    Au grand malheur de l'élève de Serpentard, Harry fit encore des siennes pendant tout le match, allant jusqu'à attraper le Vif d'or d'une manière particulière. Debout au milieu du terrain, ses mains posèrent sur son ventre pour recracher ce qu'il venait d'avaler. On l'avait vu faire une acrobatie impressionnante : la tête en avant, roulant plusieurs fois sur le sable avant de se redresser comme si c'était normale. Ce match portait un sacrée coup au nerf des spectateur. Les secondes s'écoulèrent dans un suspense encore plus insoutenable, le match s'arrêta, tous étaient curieux de savoir ce qui allait arriver au jeune Potter. Personne ne criait ou n'osait faire le moindre geste à par le principal concerné qui mit fin à ce suspense en libérant le Vif d'or. Ouvrant la bouche pour attrapper la balle dans sa main. Le regardant un moment avec une certaine joie béât. Toute la tribune de Gryffondor retentit dans un chaos de joie. Les élèves criaient victoire alors qu'on entendait à force égale le dégoût de la tribune adverse. Montrant fièrement sa prise et sa victoire, Harry tourna sur lui-même en adressant un grand sourire victorieux. Son tour se stoppa quand Madame Bibine donna le deuxième coup de sifflet. Tous les joueurs s'éloignèrent pour venir se poser et serrer Harry dans leurs bras. Dans cette euphorie, les rires résonnaient au milieu d' étreintes amicales. Les aînés et les plus jeunes acclamaient l'attrapeur qui se montrait particulièrement joyeux. Pourtant, il avait reçu une deuxième flèche en plein cœur. Personne n'avait pu le remarquer, car ce fut bien avant de montrer fièrement le Vif d'or. Devant lui, sa main tenait la jolie balle d'or dotée d'ailes, rapide comme l'éclair. Et se tenait en face de lui Drago qui se prenait la tête entre les mains. Ce match avait enfin une fin qu'il pourrait savourer dans la défaite et l'amertume. Dépité, il n'avait relevé que quelques secondes son visage pour voir le sorcier héroïque du jour. Son regard se fit plus noir encore que les dessins de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom, sa haine n'avait aucun nom. Partant en tête des supporters, tout son corps semblait pris par des tremblements discrets. Cachant ses mains dans ses poches, Malfoy ne se retourna pas une seule fois et rentra directement dans sa salle commune. 

    Une fois arriver, il s'allongea sur son lit tout en rageant d'avoir deux boulets qui le suivaient comme des petits chiens. Les virant avec tous les autres, Monsieur Malfoy prit ses aises dans les dortoirs. Beaucoup furent surpris, mais peu réagirent, connaissant la fureur de Drago. Assis sur son lit, un coussin entre les mains, il n'avait plus rien du sorcier arrogant et fier. Ses mains ne voulaient pas s'arrêter de bouger comme si elles avaient des millions de petites fourmis en elles. Sa respiration lui revenait doucement en même temps que son cœur s'arrêtait de battre comme un tambour de fanfare. Fermant un instant les yeux, il reprit son sang froid presque immédiatement après. Jetant le coussin, il replaça quelques mèches de sa coiffure et sortit en grand seigneur de la pièce. Heureusement pour lui, c'était le dernier jour d'école avant les vacances de Noël. Il allait enfin pouvoir s'éloigner pour calmer ses nerfs irrités. Laissant rerentré les élèves, il donna quelques ordres simples d'un ton glacial avant de se poser. Assis sur un siège luxueux, il tenait sur ses genoux une boîte de chocolats volée à un autre élève. Dévorant les pâtisseries avec une grande classe, il avait ordonné à des larbins de faire sa valise et les surveillait d'un œil affûté. Il voulait partir sans recroiser le chemin d'un horrible personnage. Il balança son pied dans le vide tout en croquant dans une nouvelle praline. Celle-ci lui réserva une belle mauvaise surprise. Il se mit à rougir, assailli par un souvenir. Le caramel était aussi doux et sucré que ce chocolat tendre et délicieux. En un instant, tout ce qu'il essayait de chasser de son esprit lui revint soudainement, le bonbon, la nuit, le match et Harry Potter. Il se mordit la lèvre inférieure en envoyant la boîte contre un mur d'un geste vif comme un éclaire de fureur. Elle se plia en renversant les chocolats qu'il n'avait pas encore mangés. Crabbe et Goyle firent des mines déconfites en voyant ces magnifiques perle de douceur se faire écraser sans la moindre pitié par des élèves plus âgés. Ils réussirent au moins à en sauver un qu'ils n'eurent jamais le temps de goûter, car Drago veillait : 

    « Dépêchez-vous tous les deux ! Je veux m'en aller le plus vite possible de cette école ! »

    Sa demande les fit pâlir alors qu'ils fermaient la malle pour la traîner derrière Malfoy en plus des leurs. Regroupés en bas, sur le chemin du départ, beaucoup d'élèves partaient rejoindre leur famille pour les fêtes de fin d'année. Tout le monde se pressait pour retrouver les siens et ainsi profiter d'un moment non scolaire. Les plus âgés avaient déjà embarqué, il ne restait plus que les première année. Drago se tenait droit comme à son habitude dans une certaine impatience. Il se moqua d'Hermione quand il la vit arriver discrètement de la Grande Salle. Une moquerie qui lui coûta un regard mauvais. Il haussa les épaules, il s'en moquait bien. Les bagages fut retirés aux élèves pour être installés dans le wagon réservé au transport. Comme toujours, Drago se montra particulièrement vigilant et méchant avec les domestiques responsables de ses valises. Pas dans un lieu à risque et pas près d'une valise qui pourrait salir la sienne. Il donna tellement de mal que le pauvre Hagrid le fit partir avant de ranger sa valise. Ce garçon était pire qu'un inspecteur académique, angoissant les plus jeunes et énervant les plus vieux. Le garde-chasse se retenait de faire quelque chose sachant que ça lui ferait plus de tort que de bien. Drago se laissa persuader, non sans menacer le pauvre homme et parti. Passant pour rejoindre la barque qu'il l’emmènerais à la gare de Pré-au-lard. il se retourna quelques secondes. Un regard en arrière, et il vit au loin une petite silhouette, celle d'un garçon avec de petites lunettes rondes et une cicatrice sur le front. D'un air très supérieur, il se retourna, déterminé à partir comme ça. Mais son corps réagissait malgré lui, et il se retourna une dernière fois par curiosité. Il le voyait là, encore une fois, avec son grand sourire et ses lunettes de grand-père. Hésitant, il leva timidement la main pour saluer le jeune sorcier de la maison Gryffondor. Laissant sur ses lèvres plané un magnifique sourire timide. Comme en secret, avoir tout la timidité du monde ses petite dents blanches apparaissait.

    « Joyeux Noël Potter... »

    Il fit un mouvement de tête et se trouva idiot, il n'avait pas à se montrer comme ça. Seulement, il aurait voulu croire que pendant quelques secondes Harry et lui se regardaient réellement droit dans les yeux. Que pour une fois, ils se regardaient sans haine ou sans reproche. Son cœur le pinça, il ne comprenait rien et d'une certaine façon, il ne voulait pas comprendre. Partant pour la gare il resta un peu dans ce vague mirage. Arriver sur le quai et ouvrant la porte sèchement d'un geste vif et déterminer. Il monta dans le train pour laisser ce nul de Potter loin de lui. Sa main tira la poignée et laissa se refermer la porte dans un bruit sec et rapide. Il n'imagina pas une seule fois que Harry avait pu le regarder un moment, juste le temps de graver le beau sourire de Malfoy dans ses pensées.

    Qu'est-ce que l'amour pour deux enfants de onze ans ? Seulement une impression de bien-être qui s'envole au premier coup de vent. Harry et Drago avaient encore le temps avant de lancer la traque...


  • Commentaires

    1
    Samedi 11 Avril 2015 à 11:44

    Je préfère ce chapitre aux deux précédents, le style d'écriture semble avoir évolué entre-temps, c'est plus fluide et naturel. Les personnalités des protagonistes, surtout celle de Drago, se précisent, et j'ai l'impression qu'ils gagnent en caractère. Ils font cependant plus matures que onze ans, mais bon, j'aime aussi comme ça. Tu comptes poster la suite ?

    2
    Samedi 11 Avril 2015 à 11:47

    Il faut savoir que j'ai écris les deux premiers chapitres y a très longtemps. Et beaucoup de monde vois la différente d'écriture entre avant et aujourd'hui x). Réellement, je ne me suis plus intéresser à cette fic depuis un moment (un peu comme tout le reste). Je suis un peu débordée en se moment, mais il est certain que je posterais la suite... (un jour niakniakniak)

    3
    Samedi 11 Avril 2015 à 11:49

    Super alors !  Dis moi, tu fais des RP Drago/Harry, ou des RPG en général ?

    4
    Samedi 11 Avril 2015 à 11:50

    J'ai fais les deux x) ! et toi ? 

    5
    Samedi 11 Avril 2015 à 11:52

    J'ai déjà fait des RP, mais jamais de pairings sur Harry Potter (ou de pairings pas hétéro, à vrai dire --" l'occasion ne s'est jamais présentée)

    6
    Samedi 11 Avril 2015 à 11:53

    XD ah je vois ! c'est dommage, tu devrais essayer ! x) 

    7
    Samedi 11 Avril 2015 à 11:54

    Ben quand j'en aurai l'occasion ^^ et quand je trouverai un partenaire de RP.

    8
    Samedi 11 Avril 2015 à 11:57

    X.x Je t'aurais proposer un petit rp ensemble, mais si t'aime pas mon style d'écriture tu risque de pas apprécier... XD je te souhaite de trouver ton partenaire et ton occasion en or !

    9
    Samedi 11 Avril 2015 à 11:58

    C'est vrai que j'ai pas trop aimé les deux premiers chapitres ^^' Mais là ça va, j'aime mieux. Comme je l'ai dit, ça a évolué (tout le monde évolue, je n'aurais pas fait un RPG avec le Théo d'il y a deux ans sous peine de péter un plomb devant la prétention de son style ^^')

    10
    Samedi 11 Avril 2015 à 12:05

    Plus jeune -parque je suis très très vieux-, j'avais tendance a vouloir trop détaillé et à me perdre dans les comparaisons u_u'' (c'est certainement à cause de ça que les deux premier chapitre était lourd et peu agréable à lire) le bonheur pour mes camarades de jeux. Je te dis pas comment je me suis fait remonté les bretelles par une très très bonne amis. (c'est à cause d'elle que j'ai fais du rp) XD donc c'est elle qui ma boustée pour changer et aussi ... la pratique avec un fou de se monde là x)

    11
    Samedi 11 Avril 2015 à 12:11

    Très très vieux ? Tu as quel âge, entre 17 et 20 ans ?

    12
    Samedi 11 Avril 2015 à 12:24

    Aussi vieux que le monde des humains existe x) héhé

    13
    Samedi 11 Avril 2015 à 12:37

    C'est bon à savoir

    14
    Samedi 11 Avril 2015 à 12:42

    oUo Oui mon petit scarabée !

    15
    Samedi 11 Avril 2015 à 12:43

    Surnom original ^^

    16
    Samedi 11 Avril 2015 à 12:46

    XD oui ! très ! 

    17
    Samedi 11 Avril 2015 à 12:49

    Ca fait longtemps que tu écris ?

    18
    Samedi 11 Avril 2015 à 12:51

    Depuis petit, mais j'ai commencer le RP y a 6-7 ans et après ...l'écriture de nouvelle à commencer y a quelques temps maintenant XD

    19
    Samedi 11 Avril 2015 à 12:57

    Ok ! Tu en fais avec Matter, c'est ça ?

    20
    Samedi 11 Avril 2015 à 13:07

    J'ai effectivement rencontré Mad en faisant du Rp x) 

    21
    Samedi 11 Avril 2015 à 13:10

    Je vois ^^

    22
    Samedi 11 Avril 2015 à 13:11

    La rencontre passionnément XD

    23
    Samedi 11 Avril 2015 à 13:12

    Sans passion avec Matter, ça ne marche pas u_u

    24
    Samedi 11 Avril 2015 à 13:14

    XD exactement 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :